Accueil et prise en charge de Mineurs Non Accompagnés dans le quartier de la Chapelle-1
Accueil et prise en charge de Mineurs Non Accompagnés dans le quartier de la Chapelle-2
Accueil et prise en charge de Mineurs Non Accompagnés dans le quartier de la Chapelle-3
Accueil et prise en charge de Mineurs Non Accompagnés dans le quartier de la Chapelle-4
Contexte

Bien que les chiffres de l’immigration aient quelque peu diminué ces derniers temps, ils sont encore nombreux ceux qui cherchent à venir s’installer en Europe par tous les moyens, fuyant la guerre ou la grande précarité qui sévissent dans leur pays d’origine.

C’est le cas des quelques 1 600 personnes qui, depuis l’année 2014, avaient trouvé refuge dans des camps de fortune situés dans le quartier de la Chapelle, zone stratégique car proche de la gare du Nord, lieu de départ des trains pour l’Angleterre.

Parmi les habitants du camp de la Chapelle se trouvaient des dizaines de Mineurs Non Accompagnés (MNA) et jeunes, qui ont également choisi de prendre la route, pour fuir les conflits ou subvenir aux besoins de leurs familles restées dans le pays d’origine.

La plupart d’entre eux reçoivent une aide préliminaire de l’Aide Sociale à l’Enfance, mais en sortent rapidement, souvent au bout d’une durée d’une semaine à un mois, lorsque leur minorité n’est pas reconnue par les autorités (la plupart sont pourtant bien mineurs …). Ils n’ont alors d’autre choix que de rejoindre leurs camarades dans les camps comme ceux situés dans le quartier de la Chapelle.

Dans le camp, ces jeunes gens sont très vulnérables, car ils constituent une proie facile et influençable pour les trafiquants en tout genre. Livrés à eux-mêmes, ces jeunes qui ont pour la plupart vécu des atrocités sur la route de leur exil, n’ont d’autre choix que l’errance et la délinquance, et sont prêts à tout pour s’en sortir, les bons moyens comme les mauvais.

Le récent démantèlement des camps situés dans le quartier de la Chapelle a accéléré et empiré l’errance dans la zone, en particulier celle des jeunes, qui ont perdu un point de repère.

Face à cette situation, et touchés par les conditions de vie dans les camps, les fidèles de la paroisse Saint Bernard ont décidé de venir en aide à leurs habitants, tout d’abord en organisant un petit déjeuner et un vestiaire, afin qu’ils puissent se vêtir et manger à leur faim, dès 2014.

En 2015, sentant l’urgence de la situation de ces migrants condamnés à errer dans la rue, et en particulier des jeunes, Sœur Marie-Joseph Biloa et des paroissiens de Saint-Bernard en ont appelé au Diocèse de Paris afin qu’un appui leur soit donné. C’est par ce biais, et après la mise à disposition de locaux diocésains dans la rue de Tanger, que l’Association Solidarité Notre Dame de Tanger fut créée, afin de venir en aide, non seulement aux mineurs errants, mais aussi à toute personne qui en aurait le besoin.

 

Jeunes errants isolés ou non scolarisés

Afin d’éviter les situation d’errance et délinquance évoquées ci-dessus, l’ASNDT a décidé d’aider ces jeunes à reprendre leur vie, et leur futur en main, et à s’intégrer dans la société française. Cette intégration passe tout d’abord par la scolarisation, possible grâce à des partenariats avec des écoles parisiennes publiques et privées, qui acceptent d’accueillir ces jeunes et de les préparer à leur vie future.

Au-delà de la scolarisation, l’ASNDT prend intégralement ces jeunes en charge : hébergement, transport, alimentation, habillement, fournitures scolaires, frais de régularisation en France (passeport, frais pour carte de séjour), soins médicaux, assurances, loisirs et temps de vacances.

Des séances de soutien scolaire, un suivi individualisé de chaque jeune et une relation de confiance avec les établissements scolaires leur permettent de sortir de la spirale de la rue et de s’intégrer avec succès dans le système scolaire. Les premiers jeunes accueillis montrent des résultats prometteurs, avec une mention Bien au Baccalauréat section STMG et deux élèves reçus aux épreuves anticipées du Bac de français.

D’une manière générale, les jeunes sont sérieux et se donnent les moyens de réussir, si on leur fournit l’aide dont ils ont besoin. Tous les jeunes accueillis par l’association ont terminé leur année scolaire et sont passés en classe supérieure.

Activités réalisées

- Accueil et accompagnement des jeunes

- Recherche des établissements scolaires

- Mise en place de cours bénévoles dans les locaux de l’association

- Achat de matériel pédagogique et ordinateurs

- Recherche de lieux d’hébergement et gestion des loyers

- Achat des titres de transport

- Organisation des activités péri scolaires

- Organisation et prise en charge des repas

- Rencontre avec les enseignants et suivi scolaire des élèves

- Gestion des assurances scolaires et responsabilité civile

Résultats obtenus

- Les jeunes évoluent dans un cadre favorisant leur intégration et leur développement

- Les jeunes participent à des activités extra scolaires tout au long de l’année

- Les jeunes sont scolarisés dans différents établissements scolaires

- Les jeunes s’adaptent et s’intègrent dans les établissements dans lesquels ils sont inscrits

Protection

Accueil et prise en charge de Mineurs Non Accompagnés dans le quartier de la Chapelle

  • France

    Paris

  • Etat du projet

    En cours

  • Durée

    2021

  • Financement

    10 920 €

  • Bénéficiaires

    Les Mineurs Non Accompagnés (MNA) et les jeunes isolés du quartier la Chapelle

  • Partenaires

    Association Solidarité Notre Dame de Tanger

    Fondation Notre-Dame

    Diocèsese de Paris

    Mairie de Paris

  • Objectifs

    Accompagner les MNA et jeunes isolés du quartier de la Chapelle pour les sortir de l’errance et contribuer construire leur avenir.